Dentaire low-cost en France : le prix ou la qualité dentaire ?

dentaire low cost

Nous assistons en France à un nouveau phénomène : le renoncement aux soins dentaires a ouvert la porte aux centres dentaires low-cost.

Depuis 2010, nous assistons en France à un nouveau phénomène, qui puise son origine dans une situation bien connue. Le renoncement aux soins dentaires à en effet donné naissance au modèle dentaire low cost, objet de nombreuses dérives.

On ne compte plus les études qui montrent que les français renoncent à des soins dentaires pour cause financière : au premier rang de ces soins dentaires, on retrouve les implants dentaires et les couronnes dentaires, qui font partie des soins coûteux et mal remboursés.

Cette difficulté d’accès à des soins dentaires de qualité et pas chers existe depuis longtemps et explique que les patients se tournent vers des solutions alternatives chez leurs voisins européens et notamment en Hongrie, pays reconnus pour la qualité de ses soins dentaires à prix avantageux.

Le succès de la Hongrie vient de la capacité du pays à avoir su répondre de façon optimale à une demande et à offrir des conditions très avantageuses pour la réalisation des soins dentaires avec des dentistes hongrois ultra-formés et spécialisés. Les Autrichiens en bénéficient depuis 30 ans, les Allemands et les Anglais depuis une dizaine d’années et les Français depuis quelques années (voir les raisons du succès de la Hongrie).  Si bien que la Hongrie est la première destination des français pour leurs soins dentaires si l’on en croit la Sécurité sociale française qui étudie et procède aux remboursements via un organisme dédié, le CNSE.

Le dentaire low-cost en France

C’est dans ce contexte que sont apparus en France les centres dentaires, cliniques et dentistes low-cost. Ils ont été rendus possibles par un assouplissement de la législation sur les centres de santé voulu par la Loi Bachelot. Le modèle du dentaire low cost était né.

Ces cliniques un peu particulières reproduisent un modèle qui a fait ses preuves dans d’autres domaines et tentent de l’appliquer à la médecine. N’en déplaise à ses détracteurs, il se base sur une réalité simple : beaucoup ne peuvent se soigner autrement. Dès lors, le modèle dentaire low cost a fait son apparition sur le territoire national, porté en poupe par des discours partisans qui affirment qu’on ne peut bien se soigner que près de chez soi.  La lettre adressée au Ministre par le collectif contre Detexia est éloquente à cet égard et interroge sur les procédure d’installation des centres dentaires low-cost et leurs dérives.

Au-delà de la légitimité de bénéficier de soins abordables, les questions brûlent les lèvres : le low-cost dentaire permet certes d’accéder aux soins, mais peut-on garantir que la qualité et l’éthique indispensables à toute activité médicale sont également « inclus » dans un prix bas ? Les services et l’attention que tout demandeur de soins attend sont-ils au rendez-vous ? Y a-t-il sélection des actes ? Les centres dentaires à prix cassés peuvent-ils respecter les règles qui s’appliquent à tous les confrères de la profession libérale ? Quel est le taux de réussite des praticiens et in fine le coût médico-économique pour la société ?

La réponse à ces questions permettra de dire s’il faut se réjouir ou s’alarmer de la mise en place de ces centres à bas prix!

Malheureusement les réponses sont arrivées 2015 avec le liquidation judiciaire des centres Dentexia et les scandales liés aux centres dentaires lowcost.

Dentaire low cost en France et qualité en Hongrie

« Le modèle dentaire low-cost pose le problème de la pérennité », Nicolas Pineau – fondateur Eurodentaire

Une chose est évidente : la médecine n’est pas un secteur comme les autres. En dentisterie, il paraît inconcevable de devoir choisir entre le prix et la qualité!

Eurodentaire propose depuis 2007 de bénéficier des deux, avec un rapport qualité-prix unique : la Hongrie se distingue en ce qu’elle offre des tarifs attractifs et une qualité maximale, sans devoir faire de compromis sur la qualité. Le patient n’a donc pas à choisir entre les deux, dans la mesure où il sécurise sa démarche ave un organisme reconnu qui a fait ses preuves.

Chaque candidat aux soins dentaires doit bénéficier d’une attention particulière, de services VIP, de matériaux haut de gamme et du travail d’une équipe pluri-disciplinaire expérimentée. Ce que le low-cost peut difficilement offrir par sa logique de coût, Eurodentaire l’offre à tous par sa logique de qualité en Hongrie depuis plus de 10 ans.

Pour cette raison, la logique dentaire low-cost comme on la connaît en France ne doit pas être confondue avec un système cohérent et avantageux, comme les cliniques dentaires en Hongrie peuvent parfois l’offrir. En ce sens, le modèle low-cost ne s’applique pas toujours aux centres dentaires à l’étranger, mais touchent tout aussi bien des cliniques qui ouvrent à coté de chez soi.

Le dentaire low-cost n’a en tous cas pas finit de parler de lui et les victimes de ces centres sans scrupule organisés sous un collectif de plusieurs milliers de victimes se battent toujours.