Infos COVID
Espace client Devis et RDV

Ils promettent des soins dentaires à bas prix et ouvrent partout en France, même dans des supermarchés. Qui sont ces centres dentaires low cost qui proposent un dentiste pas cher?

Clinique discount, centre dentaire low cost, dentiste pas cher… leurs appellations sont nombreuses et ils fleurissent dans l’hexagone. Face au renoncement aux soins dentaires qui touche de nombreux patients, le dentaire low-cost s’est largement développé en quelques années.

Mais qu’est ce que le modèle dentaire low cost? Quels sont les risques de faire appel à un dentiste discount?  Nos explications sur le low cost des dents et ses dérives en France.

Centre dentaire low cost

Le phénomène low cost dentaire puise son origine dans le renoncement aux soins dentaires. Face aux besoins dentaires de la population, les centres dentaires low cost répondent à une demande des patients pour des soins dentaires pas cher. Les centres dentaires low cost sont en effet apparus dans les années 2010 France en réponse à une demande non satisfaite.

En moins de 5 ans, leur nombre a doublé et ils font parler régulièrement d’eux dans l’actualité. Les témoignages des patients comme des autorités sanitaires sont souvent accablants. Parfois confondu avec les soins dentaires à l’étranger, les dentistes low cost en France ont donné naissance à des scandales sanitaires comme avec les centres Dentexia. D’autres ont suivi et continuent de défrayer la chronique.

Quelles sont les origines du low-cost en dentaire?

Le prix des soins dentaires exclue une partie de la population et les inégalités se creusent dans l’accès aux soins. Face à ces besoins dentaires non satisfaits, des solutions pour se soigner moins cher existent.  Parmi elles, plusieurs destinations en tourisme dentaire attire des dizaines de milliers de patients chaque année. Mais malgré son succès, le tourisme dentaire est décrié par profession dentaire, qui préfère vanter la qualité des soins à la française et la proximité indispensable à tout bon traitement.

Les dentistes plombent le budget des ménages titrait il y a quelques années 60 millions de consommateurs. Dans ce contexte et grâce à une loi en 2010 sur les centres dentaires, un nouveau type de cabinet a vu le jour sous statut associatif : la clinique dentaire à but non lucratif. Prônant l’accès aux soins dentaires pour tous, le modèle low cost était né.

centres dentaires low cost

Le modèle dentaire low cost

Une confusion existe entre le modèle des centres dentaires low cost en France et les cliniques dentaires dans des pays à moindre coût.

Si les prix des soins dentaires sont bas dans les deux cas, le rapport qualité-prix diffère. Devenu l’objet de nombreuses dérives, le modèle low cost s’oppose radicalement au modèle des soins dentaires à l’étranger pour plusieurs raisons.

« Deux modèles fondamentalement différents de par leur conception et leur fonctionnement »

Les prix des soins dentaires en Hongrie par exemple, viennent du faible coût de la main d’oeuvre et des charges en général. Les salaires des praticiens ou des prothésistes sont 4 à 6 fois moins élevés qu’en France. Le coût des loyers est jusqu’à 10 fois moins cher qu’à Paris. La fiscalité est plus avantageuse, de même que les prix des matières premières. Pour ces raisons, le prix des soins dentaires est plus bas, ce qui offre la possibilité de poser des implants dentaires pas chers. A ne pas confondre avec un implant dentaire low cost posé en France.

Qu’en est-il de ces cabinets dentaires low cost en France? Sur quels postes de coût le centre dentaire low cost réalise t-il ses économies pour pouvoir proposer des tarifs aussi bas?

Centres dentaires low cost

Les dérives du low cost

Les reportages pointent régulièrement du doigt les dérives et l’envers du décors du low cost. De nombreuses plaintes et les fermetures successives des centres montrent les limites de ce modèle et peuvent laisser craindre de nouveaux scandales à venir. Après Dentexia, ce sont les victimes des centres Proxidentaire qui demandent des indemnisations et se sont rassemblés en un collectif de défense.

Aujourd’hui de nombreux centres dentaires restent sous surveillance. En 2022, plus de 80 établissements sont dans le viseur de l’Assurance maladie et les dérives sont établies.

Le patient se retrouve donc à nouveau pris en étau. La profession dentaire lui déconseille d’aller à l’étranger pour des raisons partisanes, mais les scandales en France se succèdent. Alors à qui faire confiance pour se soigner les dents? Comment choisir la meilleure solution de soins au meilleur prix? Pas une mince affaire…

Recherche dentiste pas cher

Les études montrent que les français renoncent à des soins dentaires pour raison financière. Au premier rang de ces soins dentaires, on retrouve les implants dentaires et les couronnes dentaires, qui font partie des soins coûteux et mal remboursés.

Cette difficulté d’accès à un dentiste pas cher existe depuis longtemps et les patients cherchent des alternatives.

En France les centres hospitaliers universitaires ou les réseaux de soins peuvent être une solution. Mais pour trouver un dentiste pas cher, se rendre à l’étranger et notamment en Europe, est de plus en plus plébiscitée.

Plusieurs centaines de milliers de patients ont déjà réalisé du tourisme dentaire. Si l’on se réfère à la Sécurité sociale française, qui étudie et procède aux remboursements via le Centre National des Soins à l’Etranger, la Hongrie est la première destination des français pour leurs soins dentaires. Et Budapest attire chaque année de nombreux patients européens à la recherche de centre dentaire pas cher. Sans qu’il y ait à redire sur la qualité, de l’aveu même du CNSE, qui contrôle les traitements et procède aux demandes de remboursement des soins dentaires.

Dentiste low cost en France

Le dentiste low cost en France répond à une autre logique. Face à des prix trop élevés, les dentistes à prix discount sont apparus en France grâce à la loi Bachelot de 2009. Cette nouvelle réglementation assouplit les règles sur les centres dentaires et autorise les centres de santé à exercer le dentisterie sous statut associatif à but non lucratif. Un pied de nez au modèle libéral, que ses représentant n’auront de cesse de dénoncer.

Le modèle dentaire discount est né en France à ce moment précis. Le modèle low cost a fait ses preuves dans d’autres domaines et ces nouveaux centres dentaires tenteront de l’appliquer à la médecine.

N’en déplaise à ses détracteurs, il se base sur une réalité simple : beaucoup de patients ne peuvent se soigner les dents en raison des prix des soins dentaires. Dès lors, le modèle dentaire low cost répond à un besoin non satisfait au plan national. Il sera même porté en poupe par des discours partisans, qui prétendent qu’on ne peut bien se soigner que près de chez soi…

Scandale sanitaire dentaire

Les centres dentaires low-cost français ont vite montré leurs limites.  La lettre adressée au Ministre par le collectif contre Dentexia est éloquente à cet égard et interroge sur la qualité, la sécurité ou encore la continuité des soins. Ainsi que sur les procédures d’ouverture, d’installation et de contrôle de ces centres. De nombreux centres ont été fermés en laissant les patients sur le carreau. Ces victimes de centres sans scrupules se sont organisés sous un collectif de plusieurs milliers de victimes. Ils se battent désormais contre les excès de centres dentaires low cost.

Malgré les scandales sanitaires du low cost dentaire, les cliniques dentaires low cost continuent d’ouvrir les unes après les autres. Ils seraient aujourd’hui plus de 1000 centres dentaires en France à pratiquer des tarifs bas. Certains ouvrent même dorénavant dans grandes surfaces. Ces cabinets dentaires à côté du supermarché ont comme leitmotiv de « lutter contre les déserts médicaux » et masquent une réalité peu reluisante.

Questions en suspens sur les soins dentaires low cost

Les soins dentaires low cost n’ont pas fini de faire parler d’eux. Au-delà de la légitimité de bénéficier de soins abordables, des questions brûlent  les lèvres :

– le modèle de centre dentaire low-cost permet certes d’accéder aux soins, mais quid de la qualité?

– l’éthique indispensable à toute activité médicale est-elle compatible avec des prix bas ?

– Les services et l’attention que tout demandeur de soins attend sont-ils au rendez-vous ?

– Y a-t-il sélection des actes ?

–  Les centres dentaires à prix cassés peuvent-ils respecter les règles qui s’appliquent à tous les confrères de la profession libérale ?

– Quel est le taux de réussite des praticiens et in fine le coût médico-économique pour la société ?

La réponse à ces questions permettra de dire s’il faut se réjouir ou s’alarmer des centres à bas prix sur le territoire.

Centre low cost en France ou en Hongrie?

« Le modèle dentaire low-cost pose le problème de la pérennité », Nicolas Pineau – fondateur Eurodentaire

De plus en plus de patients choisissent Budapest pour bénéficier d’un rapport qualité-prix optimal. Ils privilégient cette solution aux soins dentaires low cost proposés par les centres dentaires discount en France.

Car le modèle dentaire low-cost en France ne s’applique pas aux pays où les coûts sont simplement moins élevés. Ce que les cliniques dentaires à l’étranger peuvent offrir ne s’appuie pas sur une logique d’économies. Au contraire, c’est un système cohérent et structuré où des prix plus bas bénéficient directement au patient. En ce sens, le modèle low-cost ne s’applique pas spécialement aux centres dentaires à l’étranger. Il peut bien au contraire toucher des cliniques près de chez soi, comme l’actualité le montre avec les centres Dentexia ou Proxidentaire par exemple.

Quel avenir pour les soins dentaires low-cost?

Les cabinets dentaires dans le collimateur des autorités et des patients laisse présager des changements règlementaires très prochainement. Un encadrement plus strict est à l’étude pour éviter de nouveaux scandales sanitaires, mais le loup est entré dans la bergerie et les dégâts sont durables.

D’un point de vue législatif, les barrières tombent les unes après les autres pour faciliter l’accès aux soins dentaires. Mais ce n’est pas sans conséquences sur la qualité des soins.

Après l’ouverture des cabinets dentaires discount, c’est le numérus clausus qui disparaît. Une disposition qui baissera la qualité des soins dentaires et les décloisonnera en même temps.

De leur côté, les organismes complémentaires ont prix une une part importante dans le paysage sanitaire. Que ce soit avec les leurs réseaux de soins où via leur rôle d’organisme payeur, ils assurent désormais une double rôle.

Mais la médecine n’est définitivement pas un secteur comme les autres. En dentisterie, il paraît inconcevable de devoir choisir entre le prix et la qualité. L’équilibre reste très difficile à trouver et à maintenir pour lutter contre le renoncement aux soins d’une partie de la population. La réforme 100% santé sur le reste à charge dentaire pourra t-elle améliorer les choses? Par sûr qu’au delà des effets d’annonces, cela change fondamentalement la donne. D’ici là, la prudence reste donc de rigueur…

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *