Soins dentaires low cost : Faut-il en avoir peur ?

peur low cost dentaire

Faut-il avoir peur des soins dentaires low cost qui se développent en France? Quelles sont les alternatives de qualité?

Les français sont favorables à la réforme RAC 0 (« reste à charge zéro »), mais ils redoutent une baisse de la qualité et le développement du low cost dentaire. Faut-il avoir peur des soins dentaires low cost? 

La peur du low cost dentaire

Le prix des soins dentaires ne cesse d’augmenter en France, tandis que les remboursements sociaux stagnent. Le résultat est double : 1. la hausse du reste à charge pour les ménages et 2. une renonciation aux soins en hausse, qui en est la conséquence directe.

Dans ce contexte, le low cost dentaire gagne du terrain en France. Il s’appuie sur un constat simple : les soins dentaires sont trop chers. Il devient en effet de plus en plus difficile pour une partie de la classe moyenne de payer ses soins dentaires, car le reste à charge est encore beaucoup trop élevé.

La loi Bachelot de 2009 a permis l’ouverture de centres que l’on peut qualifier de centres dentaires discount en France, placés sous un statut associatif. Mais des scandales sanitaires ont remis en question ce format et laisse planer le doute sur le pérennité de ces centres dentaires « low-cost ».

Plus récemment, la réforme sur le reste à charge 0 promet une partie des soins dentaires pris en charge intégralement, mais fait craindre le développement d’une  médecine à deux vitesses. Si la réforme du reste à charge prévue à partir de 2019 tient ses promesses, elle aura comme avantage de permettre dans certains cas de se soigner les dents. Mais elle présente comme inconvénient le risque de baisser la qualité compte-tenu de la pression sur les prix, et ainsi développer une médecine dentaire low-cost.

Les français craignent ainsi la baisse de la qualité des soins dentaires dont le prix sera plafonné. Et les effets réels et son impact sur le renoncement aux soins restent difficiles à mesure.

Reste à charge dentaire 0 : un virage vers une dentisterie low-cost?

RAC O : une réponse au renoncement aux soins de santé?

47% des interrogés se déclarent confrontés au problème du renoncement aux soins de santé pour raison financière. Pour le tiers des interrogés, cela concerne l’accès aux soins dentaires.La grande majorité des répondants pense donc la réforme utile : les paniers de soins à RAC 0 peuvent répondre à un réel besoin non satisfait au plan national.

reforme reste à charge 0

Envers de la médaille, ils redoutent la baisse de la qualité inhérente aux prestations inclues dans un panier de soins « bas de gamme » notamment en ce qui concerne les prothèses dentaires dont le prix sera plafonné.

L’origine du low cost dans le dentaire

La peur low cost est renforcée par le développement des centres dentaires low cost depuis plusieurs années. Leur modèle semble parfaitement adapté à cette configuration de baisse des prix, mais soulève de nombreuses questions voire de graves inquiétudes face aux scandales des cliniques low cost qui éclatent.

Soins dentaires low cost en France : histoire du scandale

Dès son apparition en France au début des années 2010, le low cost a fait parler de lui. Parfois en bien quand il apporte une réponse à un besoin non satisfait, et parfois en mal lorsque les centres dentaires affichent des défaillances graves. C’est le cas lorsque l’une des premières enseignes installées sur le territoire (Dentexia) ferme ses centres à peine quelques années après leur ouverture. Les plaintes des patients mal soignés ou abandonnés en cours de traitement s’étaient accumulées depuis 2 ans pour atteindre le chiffre record de 1 553 plaintes de patients selon un article du monde. Quatre chirurgiens-dentistes sont finalement condamnés à une interdiction temporaire d’exercer et recoivent une amende, faits rarissimes dans la profession.

Low cost ou prix doux ?

Le concept low cost est très différent des soins dentaires à bon prix dans des pays comme la Hongrie par exemple. Les recettes sont très différentes et il convient de distinguer les deux : le modèle low cost requière de réaliser des économies pour comprimer les coûts, tandis que les pays à bas prix ne font que répercuter les coûts bas dans le pays (salaires, loyer, etc.) sur le prix final.

Le candidat aux soins peut donc constater des prix en apparence similaire, mais leurs composantes sont en réalité tout à fait différentes.

Les soins dentaires à bas prix ne signifient pas forcément que les soins seront de mauvaise qualité, ni qu’il s’agit d’un modèle low-cost. La Hongrie par exemple bénéficie d’une image et d’un notoriété importante dans le dentaire. Son professionnalisme et son expertise dentaire sont reconnus dans toute l’Europe. Le prix des traitements dentaires à Budapest provient du coût faible de la vie et des salaires, et ne soulève à priori aucun problème quant à la qualité ou la sécurité des soins.

Pour ou contre le low cost en dentaire ?

Avec la montée des prix des soins dentaires – en particulier la pose d’implants ou de prothèses dentaires – la France a vu fleurir les cliniques dentaires low cost. Cependant, en voulant trop réduire les prix, ces établissements peuvent parfois pêcher sur la qualité des traitements dentaires proposés.

De nombreuses personnes qui envisagent un centre dentaire discount ont des appréhensions quant la qualité des soins, ce qui est normal. D’autant que l’argument de la proximité est mis en avant au détriment destinations sûres comme la Hongrie, où pourtant aucun problème n’est relevé depuis 30 ans que le pays accueille les patients de toute l’Europe.

Choisir un centre dentaire low cost en France ou se soigner à prix doux Budapest relève donc d’une décision personnelle en prenant en considération tous les paramètres.

Soins dentaires trop chers : se soigner à Budapest ?

Soins dentaires discount : comment se soigner avec qualité ?

Renoncer aux soins dentaires paraît une bien mauvaise idée. Heureusement, il existe des alternatives pour profiter d’un traitement dentaire de qualité à des prix plus abordables. Encore qu’il ne faut pas non plus céder à certaines solutions qui semblent trop alléchantes ou heurtent le bon sens.

Le low cost ou les bas prix ne sont pas un problème en soi : tout dépend du modèle qui les sous-tend… et des concessions nécessaires pour y parvenir! Dès lors, le low cost peut apparaître comme un danger ou une opportunité, lorsque la qualité et la sécurité des soins sont maintenus au premier plan.

Avec le temps, le développement d’une dentisterie low cost en France risque de s’accentuer. Une offre d’entrée de gamme (panier reste à charge 0)  co-existera avec du haut de gamme (panier reste à charge libre). Dans ce contexte, l’expertise et la qualité des cliniques dentaires dans certains pays européens conserverons un caractère très attractif. Sous réserve qu’ils ne basculent pas dans les mêmes travers et conservent des standards de qualité élevés!

La peur du low cost dentaire est légitime et nécessite simplement de prendre quelques précautions : trouver un dentiste ou une clinique à prix bas doit se faire sans pour autant se mettre en danger ou rogner sur la qualité. Il reste donc déterminant de bénéficier de soins dentaires de haute qualité et transparents.

 

* Enquête d’opinion d’octobre 2018 du cabinet de conseil en santé OpusLine* sur la perception des français de la réforme RAC 0.