Se soigner moins cher à l’étranger

se soigner moins cher les dents

Principales solutions pour se soigner moins cher (mais aussi bien) à l'étranger et en Europe.

De nombreux patient rencontrent des difficultés pour bien se soigner en France. C’est particulièrement vrai pour les soins dentaires, l’optique, les médicaments et l’accès à certains spécialistes.

Si des solutions existent dans l’hexagone pour baisser le prix des soins (voir les solutions en France), de plus en plus de compatriotes se tournent vers l’Europe de la Santé pour pouvoir se soigner moins cher.

En 2014, près de 300 000 Français ont réalisé des soins hors des frontières. Ils ne renoncent pas pour autant à la sécurité ou la qualité, comme l’atteste le Centre National des Soins à l’Etranger*.

soins dentaires pas chers budapest

Se soigner moins cher

Selon une étude IFOP, 1 français sur 3 renonce aux soins dentaires en France. Il s’agit en premier lieu de soins dentaires techniques peu ou pas remboursés, comme les implants dentaires, les couronnes ou prothèses dentaires, et l’orthodontie. Dès lors une question revient : « Ou se faire soigner les dents pas cher? ».

Une réforme actuellement à l’étude vise à instaurer un reste à charge 0 sur un panier de soins dentaires de base. Ce premier panier de soins permettra de se soigner moins cher, mais tous les soins dentaires ne sont pas concernés. De plus, plusieurs années sont nécessaire  à la mise en place de ces paniers de soins, qui auront un impact sur les autres paniers de soins, dont les prix vont de prix modérés à honoraires libres.

Se soigner moins cher reste une priorité pour de nombreux patients, surtout pour les soins dentaires, dont une grande partie pèse sur le budget des ménages.

De plus en plus de candidats aux soins pensent donc naturellement à se soigner dans un autre pays membre de l’UE, afin de bénéficier de la réglementation en vigueur et faire valoir leurs droits naturels à se soigner.

Faut-il délocaliser les soins dentaires?

Les solutions de soins dentaires à l’étranger

Depuis plusieurs décennies, les citoyens européens se soignent donc de plus en plus à l’étranger, et notamment en Europe où un cadre sécurisant est en place. Il s’agit de soins programmés, qui restent minoritaire malgré tout minoritaires par rapport aux soins liés à la résidence ou ceux liées aux soins médicalement nécessaires (inopinés ou urgents). Les soins programmés interviennent lorsque par exemple l’expertise fait défaut dans le pays, ou que les temps d’attente sont trop longs. La motivation financière explique aussi l’engouement pour le « tourisme médical » et des voyages programmés pour traitement, qui sont désormais reconnus et encadrés par la loi nationale et communautaire.

Le CNSE indique une augmentation des soins dentaires à l’étranger de +10% par rapport à 2013, avec un total de 24 483 dossiers de remboursements si l’on s’en tient uniquement aux soins dentaires qui émanent à 95%de pays membres de l’Union européenne.

Lorsque l’on étudie le secteur des soins dentaires, les premières destinations de soins pour les Français sont les pays frontaliers comme l’Espagne ou le Portugal pour les soins légers. Mais lorsqu’il s’agit de soins dentaires importants, la Hongrie arrive en première position. Le pays est chaque année en tête des montants remboursés chaque année suite à un traitement dentaire à l’étranger.

Avantage : les soins à l’étranger en plus du rapport qualité-prix inégalé, ont des délais plus courts et la regroupement des spécialistes au sein de structures internationales disposant d’une réelle expertise.

Inconvénient : la distance, à moins de privilégier une ville desservie par un vol direct.

Les soins dans l’Union européenne

Appelés « soins transfrontaliers », les soins en Europe sont encadrés par une Directive européenne sur les droits des patients qui facilite l’accès aux soins et à l’information, ou encore permet le remboursement des soins sur la base nationale après le traitement.

Les soins urgents (non-prévus) et les soins programmés sont donc prix en charge, à la différence que les soins urgents sont couverts par la carte d’assurance maladie européenne, tandis que les soins programmés nécessitent l’avance des frais pour se faire rembourser à son retour. En revanche, aucune autorisation préalable n’est nécessaire pour les interventions ambulatoires ne nécessitant pas des équipements couteux, catégorie dans laquelle entre les soins dentaires.

En terme de remboursements, l’autorisation préalable qui était la règle est devenue l’exception.

Les soins dentaires hors de l’Union européenne

Hors contrat bi-latéraux spécifique, les soins hors Union européenne ne font pas objet d’un remboursement et l’intégralité de la charge financière revient au patient.

De plus, les normes européennes ne s’appliquent pas et peuvent ainsi constituer un obstacle en terme de sélection du prestataire, car tous ne pratique pas les mêmes standards de qualité.

En ce sens, l’Europe fournit un cadre sécurisé aussi bien pour la pratique que pour la normalisation des procédures. La solution optimale consisterait donc à rester dans l’Union européenne dans un pays qui propose une offre en lien avec les besoins non satisfaits du pays d’origine. C’est le cas notamment des soins dentaires en Hongrie qui répondent à un phénomène de renonciation aux soins dentaires en France, en raison de leur prix (50 000 patients européens se font soigner chaque année les dents en Hongrie).

Se soigner moins cher serait-il aussi simple?

Face aux possibilités de se soigner moins cher à l’étranger, des voix montent. Il s’agit principalement des syndicats nationaux, qui y voient une concurrence intolérable ou un danger portant sur le système national. Il n’en est pourtant absolument rien, comme le reconnaît l’ex-Directeur du CNSE Mohamed Azgag. Il déclare : « le phénomène du tourisme dentaire ne met aucunement en danger l’organisation des soins dentaires en France ».

Le « tourisme médical » et les voyages pour traitement visent à offrir une alternative sérieuse. Ceci afin de permettre au plus grand nombre de pouvoir se soigner dans de bonnes conditions, s’ils ne peuvent le faire dans leur propre pays. Il convient de se renseigner avant d’entamer une démarche de soins. Documenter sérieusement son projet permettra de profiter pleinement de ce que les soins à l’étranger peuvent offrir comme avantages.

* Le CNSE est l’organe de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie, qui s’occupe des demandes de remboursement des citoyens Français ayant effectués des soins à l’étranger.

 

Article mis à jour le 11.06.2018