Faut-il délocaliser les soins dentaires?

délocaliser soins dentaires hongrie

Les soins dentaires sont de moins en moins accessibles : faut-il délocaliser les soins dentaires?

Le prix des soins dentaires à un effet sur le renoncement aux soins dentaires ainsi que sur le « tourisme dentaire ». En effet, plus les prix sont élevés, plus les patients recherchent une alternative à moindre coût. Ils n’hésitent plus à se rendre dans un pays voisin où délocaliser les soins dentaires.

Le « tourisme dentaire » est un leurre. C’est bien pour se soigner que les individus prennent l’avion et effectuent un voyage dentaire.

délocaliser les soins dentaires

Le terme officiel pour les soins en Europe est « soins transfrontaliers » et « mobilité médicale » dans une appellation plus générique (« voyage pour traitement »). Nous utiliserons dans cet article le terme de délocalisation des soins dentaires.

Délocaliser les soins dentaires est une alternative intéressante et le phénomène se développe. Le patient, le fournisseur de soins et les autorités jouent chacun un rôle clé. Réunis, ils offrent un maximum de sécurité et de garanties pour réussir son traitement.

Délocaliser les soins dentaires

De plus en plus de patients décident de délocaliser leurs soins. Les européens et les français notamment choisissent la Hongrie pour des traitements importants, comme l’indique le Centre National des Soins à l’Etranger.

La délocalisation des soins dentaires ne constitue pas une solution miracle. C’est malgré tout une option de choix pour qui veut bénéficier d’un rapport qualité-prix optimal.

Pour que le séjour dentaire soit une réussite, quelques précautions s’imposent.  Les mesures sont prises aussi bien par le candidat aux soins, que par l’établissement d’accueil (la clinique dentaire). Les autorités jouent également en rôle dans l’information en amont, sur le système de santé, les professionnels des soins et les modalités inhérentes aux traitements concernés.

Le patient : au cœur de la délocalisation

Les candidats aux soins dentaires qui se rendent en Hongrie, en Espagne ou ailleurs en Europe pour accéder à un traitement dentaire ne le font pas par plaisir, mais par nécessité.

scanner dentaire clinique hongrie

Avant de s’engager dans une démarche de soin à l’étranger, le candidat aux soins réfléchit aux tenants et aboutissants de sa démarche, et prend toutes les informations nécessaire pour se documenter sur les modalités de son traitement, les recours en cas de changement de situation et toutes les questions qui lui tiennent à cœur.

Se déplacer dans un pays inconnu pour y suivre un traitement nécessite une préparation sérieuse et un état adéquat, tant sur le plan physique ou émotionnel. Le prestataire de soins doit aussi s’en assurer.

Le fournisseur de soins dentaires

Dentiste seul, petit cabinet dentaire, clinique internationale, hôpital, les caractéristiques des prestataires de soins varient fortement de l’un à l’autre. Tous ne considèrent en effet pas de la même façon un patient en provenance d’un autre pays. La plupart appliquent les mêmes mécanismes que pour un patient local et ne disposent pas toujours de ressources supplémentaires spécifiques.

Le fournisseur de soins de santé doit être responsable dans sa démarche et se doter d’une réelle équipe dédiée et appliquer des protocoles liés à une activité internationale, plus exigeante et répondant à une logique différente. Si le cœur de la prestation – le traitement dentaire – reste identique, tout l’environnement des soins change : communication, organisation et gestion du temps, relationnel et services, gestion logistique et administrative doivent être intégrés dans la gestion du parcours de soins du patient.

Les autorités nationales

La loi européenne encadre les soins dentaires transfrontaliers au sein d’un autre Etat membre de l’Union européenne. Elle stipule que les patients doivent bénéficier de conditions identiques de sécurité et de qualité que dans leur propre pays, et bénéficier d’un remboursement similaire. En outre, la Directive prévoit la création de points de contacts nationaux qui informent les patients sur leurs droits et les assistent en cas de recours.

L’appropriation de ces mesures est très variable d’un pays à l’autre, mais les points de contacts nationaux existent déjà. Ils peuvent constituer une porte d’entrée vers un traitement dans un pays européen et informer sur les conditions d’exercice ou de traitement propres au pays. Pour rappel les normes européennes s’appliquent à tous.

En France, le Point de Contact National Français pour les soins de santé transfrontaliers est hébergé par le Cleiss :

Cleiss – PCN France
11 rue de la tour des dames
75436 Paris cedex 09
soinstransfrontaliers@cleiss.fr

Délocaliser les soins dentaires, une fausse bonne idée ?

De plus en plus de patients vont se faire soigner à l’étranger où les soins dentaires ne sont pas chers. Le candidat aux soins aura intérêt à considérer le rapport qualité-prix plutôt que la variable tarifaire seule. Aussi, il prendra soin à obtenir toutes les informations utiles pour documenter sa démarche et faire valoir ses droits (au remboursement, au recours…) en cas de besoin. Pour cela il peut s’adresser aux fournisseurs de soins potentiels, mais également aux autorités pour recouper les informations dont il dispose et se rassurer sur la qualité du système de soins en place.

clinique dentaire eurodentaire hongrie

La politique internationale de la clinique doit clairement être intégrée et mise en avant : c’est une composante indispensable dans la décision du patient de se faire opérer. Si des sociétés proposent des services de mise en relation, cela peut masquer une organisation insuffisante au niveau du prestataire de soins pour ce faire. L’externalisation de la gestion d’un dossier peut poser la question de la légitimité à l’international du fournisseur de soins.

Délocaliser les soins est à prendre au sérieux pour réaliser son traitement dentaire dans les meilleures conditions. Elle requière des acteurs responsables et la mise à disposition de moyens comme de ressources employés dans un cadre international.