Hongrie, destination N.1 des français en Europe

soins dentaires en europe hongrie

En 2015, la Hongrie est à nouveau la destination principale pour leurs soins dentaires des français, qui sont plus de 25000 à se rendent chaque année dans un pays européen suivre un traitement dentaire.

A l’heure des négociations en France pour rendre le secteur des soins dentaires accessible, le CNSE (organisme de la Sécurité sociale en charge du remboursements des soins effectués à l’étranger) à reçu et étudié en 2015 plus de 25 000 dossiers dentaires, dont 95% concerne des soins effectués en Europe. La Hongrie est la destination principale pour les soins dentaires des français en Europe.

Soins dentaires en Europe

Au sein de l’Union européenne, le montant des remboursements à augmenté de 10%. La hausse du nombre de dossiers masque cependant des disparités. Par exemple une très nette baisse en Allemagne (- 28,4% par rapport à 2014) ou une forte hausse en Hongrie et Espagne (respectivement 5,9% et 6,6%).

3 profils de coûts se dégagent. La Hongrie et la Roumanie, où le coût des soins est supérieur à 900€ en moyenne. L’Italie, la Bulgarie et L’Espagne, où le coût des soins oscille entre entre 600 et 900€. Dans les autres pays, le prix des soins réalisés se situe entre 200 et 350€.

La Hongrie en tête des soins

La Hongrie reste en haut du classement une nouvelle année consécutive. C’était déjà le cas en 2013 et 2014 et la Hongrie est donc la première destination des français pour leurs soins dentaires.

A noter que la Hongrie est la première destination pour les français en valeur totale des soins et des remboursements. Si l’on regarde uniquement le nombre de dossier, l’Espagne arrive en tête car  la dépense moyenne varie en effet du simple au double entre les deux pays. L’Espagne génère donc plus de dossiers mais des soins plus légers, tandis que la Hongrie représente des traitements plus importants.

Soins prothétiques en Europe

Les principaux remboursements concernent les soins prothétiques, c’est à dire les couronnes ou les ponts dentaires. Ce sont les soins les plus couteux en France et leur coût réel est déconnecté de la réalité. Ces soins font en effet l’objet d’un « rattrapage » des chirurgiens dentistes qui s’estiment lésés sur les soins conservateurs jugés moins rentables.

« Les prothèses dentaires comptent pour plus des 2/3 des remboursements »

Les cliniques dentaires en Hongrie qui pratiquent les coûts réels offrent donc des économies jusqu’à 70% sur des prothèses dentaires de qualité souvent supérieure, car produites localement.  Un grand nombre de prothèses dentaires en France sont importées. Ces prothèses sont parfois posées dans la bouche du patient sans que celui-ci soit informé de la provenance.

Les soins implantaires n’apparaissent pas dans les résultats, car ils ne sont pas pris en charge par la sécurité sociale et ne font l’objet d’aucun remboursement. Les implants échappent dès lors aux statistiques, qui sous-évaluent les implants posés en Hongrie. Puisque la pays est particulièrement recherché pour des traitements dentaires à base d’implants, les données réelles sont donc largement supérieures à celles recensées par le CNSE dans son travail de remboursement des soins à l’étranger.

Risque ou opportunité?

Les candidats aux soins peuvent se soigner dans de bonnes conditions en Europe. Pourtant, cette alternative est mise à mal par la profession dentaire en France qui dénigre trop souvent ses confrères européens. Là où se trouve parfois une solution, la profession dentaire y voit une concurrence inacceptable. C’est dommage dans la mesure où l’intérêt du patient doit primer sur celui de la profession. Notons que de nombreux patients étrangers viennent se soigner en France, sans qu’on trouve à y redire.

Les dossiers de soins réalisés à l’étranger sont soigneusement étudiés par le CNSE. Ce n’est pas le cas des traitements en France. Des dérives et abus répétés sont régulièrement épinglés par les autorités ou associations de consommateurs à ce sujet (voir notre dossier sur les dérives).

Les soins dentaires à l’étranger sont souvent décriée par la profession dentaire en France. Ils peuvent pourtant être in fine de qualité équivalente, voire parfois supérieure.

Il y a de bons et de mauvais dentistes partout et nul n’a l’apanage de la compétence!  Rappelons enfin que les normes européennes s’appliquent de la même manière et en conséquence les cliniques dentaires en Hongrie n’ont souvent rien à envier à leurs confrères.

Selon le Vice Directeur du CNSE, M. Boitard : « le CNSE ne dispose pas d’éléments permettant d’affirmer la présence d’une qualité critiquable« . Peut-on en dire autant partout?