Soins à l’étranger moins bien remboursés?

soins à l'international

Limiter le remboursement des soins à l'étranger : une mesure en trompe l'oeil qui ne concerne pas les soins dentaires en Europe.

Associée à tort au tourisme médical ou dentaire et qualifiée d’assez « radicale » par un récent rapport, cette mesurette pour réduire le déficit de la sécurité sociale consiste à limiter le remboursement des soins à l’étranger.

Quelles économies réaliser ?

C’est une mesure dérisoire en terme d’économies : en supprimant « toute prise en charge des soins inopinés » réalisés en dehors de l’Union européenne, de la Suisse ou des pays signataires d’une convention avec la France, les auteurs parlent d’une économie de 7 à 15 millions… sur 6,8 milliards que représente le déficit en 2015.

Surtout, la France bénéficie aussi de cette tendance en accueillant des patients étrangers pour recevoir des traitements. Quid du principe de réciprocité?

Baisse du remboursement du tourisme dentaire ?

Cette mesure est justifiée selon le rapport par l’envolée du tourisme médical qui cite le tourisme dentaire qui a connu en 2015 une croissance de 8 %, stimulée par des offres low-cost de pays tels que la Hongrie.

Le hic est que cette mesure ne s’adresse pas aux pays de l’Union européenne qui sont liés par une Directive qui confère des droits aux patients européens, comme celui de bénéficier du remboursement de ses soins réalisés dans un autre Etat membre.

Cette mesure ne s’applique donc pas aux soins dentaires dans l’Union européenne ou en Hongrie.

Quels soins sont concernés ?

Sur les 1,2 millions de Français qui ont reçu des soins médicaux dans 193 pays en 2015 (total à payer par la caisse d’Assurance maladie : 662 millions d’euros), seuls les « soins inopinés » hors de l’Union européenne sont concernés.

Partant du principe qu’on ne se rend jamais dans un pays pour tomber volontairement malade et s’y faire soigner, ce serait donc des accidents (comme se casser une jambe) ou devoir subir une intervention d’urgence qui seraient concernés et à la charge de l’intéressé.

De quoi réfléchir à deux fois avant d’aller en vacances ou faire la part belle aux assureurs privés!

« En 2017, le trou de la Sécu aura disparu » déclare la Ministre.Avec de telles mesures en trompe l’oeil, il est permis d’en douter.