Baisse du remboursement des soins dentaires

soins low cost

La nouvelle nomenclature CCAM diminue la base de remboursement des soins dentaires : une raison supplémentaire de se rendre en Hongrie?

La baisse de la prise en charge des soins dentaires par la Sécu se poursuit.

La nouvelle nomenclature CCAM, instauré en juin 2014 par l’Assurance maladie en remplacement de la nomenclature NGAP, s’inscrit dans la continuité du désengagement de l’Assurance Maladie dans les remboursements des soins dentaires, au profit des complémentaires Santé censés combler cette lacune.

Quels soins dentaires sont concernés ?

Avec la nouvelle nomenclature, c’est en premier lieu le remboursement des prothèses dentaires qui diminue, voire disparaît (c’est le cas des bridges sur implants par exemple, ou encore des bridges sur dents reconstituables par obturation).

Jusqu’alors, les prothèses dentaires étaient plutôt bien prise en charge. Ce sera dorénavant moins le cas.

Avec la base remboursable qui disparaît, c’est aussi le remboursement mutuelle qui saute (les soins non pris en charge nommés NPC remplacent les soins hors nomenclature anciennement HN et touchent dorénavant certains bridges dentaires).

Le reste à charge pour les bridges dentaires augmente donc de façon significative : sans remboursement, c’est un reste à charge moyen constaté de 600 euros contre 250 euros en Hongrie par élément.

Les mutuelles dentaires, une solution ?

Le nombre de français ayant une complémentaire santé a largement augmenté pendant 30 ans mais se contracte à nouveau.

Aujourd’hui le rôle des mutuelles évolue et elles se substituent progressivement aux organismes sociaux.

Simplement, ces organismes – aussi utiles soient-ils – poursuivent une logique de rentabilité (nécessaire pour mener à bien leur mission) avec comme conséquence l’explosion du tarif des complémentaires, qui engendre à nouveau un phénomène de « désassurance », particulièrement fort chez les populations à faible revenu.

Lutter contre la hausse des prix dentaires et le renoncement aux soins

La lutte contre le renoncement aux soins passe parfois par la réalisation des soins dentaires à l’étranger où les conditions d’accès sont plus favorables : l’Europe encadre les soins transfrontaliers en permettant à chacun de suivre un traitement dans un autre pays européen et de bénéficier de son remboursement en France.

Suivre un traitement dentaire en Hongrie est non seulement un droit inscrit dans la loi, mais permet de baisser le coût de ses soins dentaires: le reste à charge plus bas peut permettre aux candidats aux soins de se soigner normalement.