Journée mondiale santé bucco-dentaire

dentiste à Budapest

Soins dentaires et santé buccodentaire : des progrès indéniables mais de nouveaux challenges pour l'accès aux soins et la prise en charge

Les habitudes bucco-dentaires

Même si des progrès restent à faire, les habitudes bucco-dentaires ont tendance a s’améliorer.

La prévention reste le meilleur moyen de ne pas avoir à se soigner : un brossage adapté et régulier, le bain de bouche ou l’usage de fil dentaires contribuent pour beaucoup au maintien de son capital bucco-dentaire.

La visite chez le dentiste

Selon une étude Ipsos, 57% des Européens déclarent se rendre régulièrement chez le dentiste. En France, 40% des interrogés ne prennent rendez-vous qu’en cas de problème.

Une visite régulière chez le dentiste (une ou deux fois par an) permet de ne pas laisser une situation se détériorer.

Le renoncement aux soins dentaires

Gros point noir, le renoncement aux soins dentaires qui touche de nombreuses personnes. Rien qu’en France, le renoncement aux soins pour raison financière toucherait le tiers de la population française. Les premiers concernés sont les couronnes et les implants, qui ne sont pas ou peu remboursés par les organismes sociaux.

Les solutions face au renoncement sont les soins dentaires à l’étranger, les centres dentaires low-cost ou les réseau de soins (en savoir plus).

NB : la seconde raison du renoncement aux soins dentaires reste la peur du dentiste.

Pas de quartiers pour les caries

Une étude du Journal of Dental Research estime à 2,4 milliards les adultes qui ne traitent pas leurs caries. Si les conséquences peuvent être graves, une vigilance normale permet facilement de venir à bout de ce problème.

Les dépassements d’honoraires injustifiés

Si les soins conservateurs sont bien pris en charge, d’autres soins comme les implants et les couronnes ne le sont pas. Face aux dépassements d’honoraires constatés, les mutuelles ne peuvent à elles seuls résoudre une équation compliquée.

Résultat : les tarifs des mutuelles augmentent et le reste à charge stagne 240 euros en moyenne pour une couronne céramo-métal en province et 400 euros à Paris) avant les changements de règles du remboursement.

Si l’adhésion à une mutuelle a largement progressé au cours des dernières décennies, la hausse des cotisations entraîne une phénomène de dé-assurance alarmant.

Il est urgent de renforcer les solutions permettant de respecter le droit inaliénable à pouvoir se soigner.