Ubérisation des soins dentaires?

Renoncement aux soins, e-santé, rapport dentiste-patient... l' « ubérisation » touche t-elle également la santé et les soins dentaires?

Airbandb ou blablacar sont les plus connus en France ; Uber lui a donné un nom : l’ubérisation de l’économie est en marche et elle touche également le secteur de la santé.

Ubérisation, ca veut dire quoi ?

Le mot «uberisation» indique un changement profond dans un modèle traditionnel et l’arrivée de nouveaux schémas d’organisation. De nombreux secteurs d’activité sont concernés par des innovations qui remettent en cause des modèles établis, souvent décallés de la réalité et des nouvelles attentes des individus.

Si le phénomène touche davantage le secteur des services, aucune activité n’est désormais à l’abri, et surtout pas ceux protégés par des monopoles. Bien au contraire, ce sont les principaux visés ! La santé et les soins dentaires sont donc également concernés. D’autant plus que le renoncement aux soins progresse et que les récents scandales des centres dentaires low-cost appellent à une nouvelle réflexion (voir notre dossier sur les soins dentaires low-cost en France).

Ubérisation des soins dentaires

L’exclusivité garantie par un diplôme ou une licence professionnelle reste un puissant rempart mais s’effrite lentement au profit de modèles intégrés, qui optimisent et facilitent la prise en charge.

Des barrières à l’entrée fortes persistent dans la santé ou les soins dentaires (liées aux régulations très contraignantes, à l’organisation syndicale ou ordinale), mais le secteur se transforme. On constate par exemple des nouveaux produits (objets connectés et auto-mesure – le fameux «quantified-self» – avec la brosse à dent connectée par exemple), des nouveaux services (second avis médical, plate-forme de prise de rendez-vous médical et de mise en relation par exemple) ou des applications santé.

L’essor des nouvelles technologies et des services accompagnent l’évolution du profil du patient. D’un rôle traditionnellement passif, le « consom’acteur » occupe à présent un rôle actif et aspire à prendre en main sa santé : il se renseigne, compare, questionne et exprime clairement ses attentes.

Relation patient-dentiste et parcours de soins

Les besoins pour améliorer la prise en charge ou le parcours de soins des patients évoluent : que ce soit en terme de dépistage, de consultation, de diagnostic, de processus thérapeutique ou de suivi, des nouvelles solutions visent à améliorer le quotidien, faciliter l’accès à l’information ou au suivi et à accompagner le patient dans son parcours de soins.

Le candidat aux soins devient le pilote de sa santé et un acteur principal.

Si Les médecins perdent partie de leur pouvoir et restent souvent relativement frileux devant l’innovation en santé, les patients sont quant à eux ultra connectés et de plus en plus informés : ils attendent désormais de nouveaux services, plus réactifs et personnalisés, pour leur santé.

Droit du patient, transparence, services, éthique, sécurité… seront au cœur des débats et le rapport dentiste-patient se transformera durablement pour donner un nouveau rôle au médecin de conseil et d’accompagnement, en s’appuyant sur une gamme de services et de solutions technologiques.

Le développement de la télémédecine et de la e-santé ébranlent un système ronronnant et forcent au changement. Même s’il est le plus souvent subi que souhaité par des professionnels de santé et des dentistes dont l’activité pousse davantage au conservatisme, tout laisse présager une révolution à venir : celle de la démocratie sanitaire ou le patient reprendra pleinement ses droits et jouera le rôle auquel il aspire. Il sera accompagné dans ses démarche par des professionnels de santé dont le rôle changera et soutenu par des outils techniques ou des technologies de plus en plus performants.