Le renoncement aux soins dentaires en 2013

renoncement soins dentaires chiffres

L’accès aux soins et pouvoir se soigner est un droit inscrit dans le préambule de la constitution.

« La nation garantit à tous la protection de la santé »

L’accès aux soins et pouvoir se soigner est un droit inscrit dans le préambule de la constitution. Seulement, leur coût trop élevé empêche de nombreux français et européens de se soigner correctement. C’est ce qu’on appelle le renoncement aux soins, qui touche de nombreuses personnes. C’est en partant de ce constat qu’Eurodentaire est née (en savoir plus). Chaque année, de nombreux patients accèdent aux soins de qualité à prix raisonnable.

D’un côté, la santé reste la préoccupation principale des français (comme des européens), d’un autre côté les études montrent que la proportion des français ayant renoncé à un soin pour raison financière oscillent entre 10 et 15% (dont 60% environ concerne le dentaire). Une récente étude parle même de 35%.

Cette proportion tend à augmenter, comme le dévoile une étude de 60 millions de consommateurs publiée fin 2013.

Un français sur 3 doit renoncer aux soins dentaires

Ce sont avant tout aux soins dentaires auxquels les français renoncent, car le reste à charge reste souvent trop important pour réaliser les traitements souhaités. Dès lors, la question pour beaucoup est simple : dois-je poser un dentier en France, m’endetter pour réaliser des soins nécessaires, ou bien privilégier un traitement en Hongrie afin de réaliser mes soins sans me ruiner ?

La réponse appartient bien évidemment à chacun.

Certains patients doivent opter pour une solution amovible (plus connu sous le nom de dentier), certes inconfortable mais peu coûteuse, au détriment de solution plus confortable, durable et fonctionnelle comme les implants ou les couronnes.

Financer la pose d’implants et d’une prothèse totalement fixe (bridge ou couronnes) n’est pas chose aisée pour deux raisons :

1. Les montants concernés peuvent atteindre des sommets, d’autant plus élevés que les travaux sont importants (en France un implant coûte environ 1500 euros, une couronne 500 euros, le double du prix en Hongrie)

2. Les implants et les prothèses sont peu ou mal remboursés : même avec une excellente mutuelle, le reste à charge peut être important, notamment pour les implants dentaires.

Les soins dentaires en Hongrie, une solution ?

Une chose est sûre, aujourd’hui tout le monde peut se faire rembourser ses soins en Hongrie (les remboursement des soins en Europe concernent moins de 1% des dossiers de remboursement en France, la moyenne dans l’Union européenne est de 4%) : le reste à charge pour le patient est donc beaucoup plus bas.

La difficulté d’accès aux soins poussent les européens à trouver des solutions chez leurs voisins, où la facture peut être divisée par deux pour une qualité de soin au moins équivalente.

Comment sécuriser ses soins dentaires à l’étranger?

Faire appel à une structure sérieuse peut éviter des mauvaises surprises.

Eurodentaire accompagne chaque candidat aux soins dans la réalisation de son projet dentaires en Hongrie depuis 2007.

La société présente en France et en Hongrie, propose un accompagnement professionnel et personnalisé via une gestion complète des dossiers de ses clients. Les soins ont lieu dans une clinique dentaire haut de gamme et certifiée ISO:9001 à Budapest, après une étude complète et gratuite des solutions possibles dans chaque cas.

Réaliser ses soins dentaires à moindre coût en Hongrie est aujourd’hui une réelle alternative, sûre et avantageuse.